Je multiplie les abonnements sur les sites de rencontre, les plus réputés comme les plus pourraves, depuis des semaines. J'ai eu quelques contacts intéressants, et puis au bout de quelques échanges, ça s'émousse. Aucune ne me semble vraiment intéressant, et ceux qui m'intéressent ne veulent pas de moi, ou sont en couple, ou habitent à Perpète-les-Oies.

Depuis quelques jours, je ne cesse de penser à Jonathan. Ca fait 2 mois maintenant que je n'ai plus de nouvelles. Je ne sais ce qu'il devient, comment il va, comment vont ses proches qui ont vécu des moments très durs. Je ne sais pas comment il pense à moi : est-ce qu'il regrette ? Est-ce qu'il est soulagé ? Est-ce qu'il se dit qu'il a bien fait ? Est-ce qu'il me recherche dans les silhouettes ou les regards des femmes qu'il croise ? Est-ce qu'il sursaute en entendant mon prénom ? Est-ce que son coeur se serre quand il pense à ma peau ou à ma bouche ? Est-ce qu'il sent un vide dans ses bras quand il se couche le soir ? Est-ce qu'il souffre comme je souffre ?

Oui, je souffre, encore et encore. Je souffre de la solitude, et la seule personne qui peut me faire du bien, me faire sourire, m'apaiser et me redonner le sourire, c'est lui. Il me manque et j'ai mal. Et pourtant, je sais à quel point il ne faut pas que je craque. Je ne veux pas me rabaisser à la recontacter et avoir un message froid de sa part me disant qu'il ne veut pas me parler. Je ne veux pas m'humiilier encore une fois.

Je dois apprendre à vivre sans lui, et à accepter que je ne serai plus avec lui, qu'il ne m'aurait jamais rendu heureuse et qu'il m'aurait fait souffrir enore pendant des années. Je dois apprendre à faire une croix sur lui, sur l'amour que je lui ai porté, les projets que j'espérais, les sentiments que je voulais qu'il ait pour moi, l'attachement que j'ai cru solide.

Je ne sais pas quand je vais retrouver quelqu'un. J'ai besoin d'amour, de tendresse, de temps dans les bras d'un homme qui me respecte et qui me fait du bien. J'envie celles et ceux qui s'endorment chaque soir près de l'être qu'ils-elles aiment, de se réveiller le matin en se sentant apaisés-es et en se disant que quoi qu'il arrive, leur moitié sera là.